• Émission spéciale : Médias libres et changement climatique

    1. emission spéciale 34:44

    Embed

    Copy and paste this code to your site to embed.

    Avec Erika Campelo de Ritimo, Mohamed Legthas et Imane Bounjara du FMAS, et Sébastien Nègre de l’AMARC.

  • Cop22 : les ambitions « de l’action » révisées à la baisse, mais une unité affichée pour « une dynamique irréversible » 

    A la veille de la clôture officielle de la COP22, la communauté internationale a fait une déclaration politique rassurante. Ebranlés par l’élection de Donald Trump, les négociateurs ont cherché à préserver les acquis de Paris en évitant les divisions, notamment sur la mobilisation du Fonds de financement. La « COP de l’action »  connaît des avancées, mais par petites touches.

     

     

    «Nous, chefs d’État, de gouvernement, et délégations réunis à Marrakech, sur le sol africain (…) appelons à l’engagement politique maximal pour lutter contre le changement climatique. (…) La dynamique en faveur du combat contre le réchauffement, constatée toute cette année, est irréversible»,» a déclaré le texte des États, longuement applaudi à la fin par les délégués réunis en session plénière.

     

    Le texte a été rendu public par simple communiqué à 21h hier soir. Une déclaration d’abord politique, qui reste cependant flou sur les ambitions concrètes de la « COP de l’action », notamment sur les mécanismes du Fond vert. Les pays en voie de développement avaient pourtant affiché leur détermination en début de sommet. Seuls acquis : une déclaration d’intention pour simplifier rapidement l’accès aux fonds de financement, et un doublement de la contribution actuelle (passant de 10 à 20 milliards de dollars d’ici 2020). L’objectif de 100 milliards est encore loin.

     

    L’élection de Donald Trump la semaine dernière a bouleversé la dynamique des négociations et contraint les négociateurs à privilégier le compromis. Quinze pays ont rejoint la liste des signataires de l’accord en moins d’une semaine ; les  déclarations rassurantes se sont multipliées, dont celles de John Kerry et d’une centaine de grandes entreprises américaines qui ont invité le  nouveau président à la raison. L’incertitude demeure sur la contribution financière des Etats-Unis, deuxième pollueur de la planète.

     

    Les acteurs ont également multiplié  les annonces parallèles au cours de ces derniers jours. Création de nouveaux fonds d’appui aux projets existants ou prioritaires ; Contributions exceptionnelles de pays comme la France qui s’engage comme l’année dernière sur les énergies renouvelable ; création de commissions transversales, notamment sur le bassin du Congo, le lac Tchad et les Etats insulaires africains, ou encore la création de plateforme d’aide pour améliorer la cohérence et la synergie de projets transversaux et l’accès aux fonds.

     

    Des avancées par petites touches qui souhaitent compenser le manque d’accord global sur le fonds vert et le transfert de technologies. Le groupe Afrique et le groupe G77 (pays les moins avancés), qui regrettent que l’agriculture soit la grande oubliée de ce sommet, continuent de travailler en commission. Aucun accord sur ce secteur pourtant primordial pour le continent. Les négociateurs cherchent également à arracher dans la dernière ligne droite un effort conséquent sur les fonds d’adaptation et des engagements fermes sur l’échéancier des contributions. Conclusions attendues en fin de journée.

     

     

     

     

     

     

  • des projets d’énergie renouvelables financées en afrique

    En marge des grandes négociations qui se déroulent depuis hier en présence des chefs d’Etat, avec pour point central l’accès aux financements des projets de lute contre le réchauffement, l’Union européenne s’est engagé ce mercredi à financer l’implantation de projets d’énergie renouvelable en Afrique pour un équivalent de 5 Giga watts.

     

     

    C’est acquis, et sans attendre les conclusions des négociations sur l’accès au fonds vert. Les pays africains verront certains de leurs projets destinés à promouvoir les énergies renouvelables voir le jour grâce au financement de l’Union européenne et de pays contributeurs. Un financement équivalent à une production totale de 5 gigawatts, sur des projets nationaux ou régionaux. Les projets seront sélectionnés parmi les documents de Contribution Déterminée nationale qui ont été présentées par chacun des 195 pays présents à la COP22, ou sur proposition directe auprès de l’Union européenne.

     

    La France avait initié cette démarche en décembre dernier en allouant 2 milliards d’euros sur le même secteur. Ségolène Royale, Ministre française de l’Environnement, a réaffirmé ce matin  que la promotion des énergies renouvelables est une urgence pour les 700 millions d’africains privés d’électricité. Elle avait déjà annoncé lundi dernier l’installation prochaine d’une antenne auprès de la Banque africaine de développement (BAD) destinée à la gestion des initiatives consacrées aux énergies propres

     

    1. segolene1 0:24

    Embed

    Copy and paste this code to your site to embed.

     

    « 5 Gigawatt c’est la moitié par rapport à l’année dernière mais c’est mieux que rien » commente Do Etienne Traoré, point focal cop du Burkina.( Négociateur africain)

     

    1. traore-energie-renouv1 0:27

    Embed

    Copy and paste this code to your site to embed.

     

    La mise en œuvre doit débuter au cours de l’année 2017. En 2013, les énergies vertes (éolien, solaire, hydroélectricité, biomasse, etc.) couvraient 5 % des besoins énergétiques du continent, elles pourraient atteindre 22 % d’ici 2030, assure l’Agence internationale des énergies renouvelables dans son rapport « Africa 2030 », qui se veut une « feuille de route » pour la transition énergétique en Afrique.

     

     

     

     

  • deuxième jour de négociations dures

    Les femmes représentent 70 % des 1,3 milliards de personnes vivant en situation d’extrême pauvreté́ (avec moins de 1 dollar par jour). Elles sont propriétaires de moins de 20% des terres agricoles dans le monde, bien qu’elles en soient la main d’oeuvre essentielle. Soutenir leur entrée dans le monde de l’entreprise contribuerait à réduire leur vulnérabilité face au changement climatique.

     

    Les femmes et jeunes filles sont les principales utilisatrices des ressources naturelles dans les pays de développement. Chargées de l’approvisionnement de la famille en eau et en bois, les femmes d’Afrique subsaharienne  consacrent l’équivalent de 40 milliards d’heures par an à l’approvisionnement des ressources essentielles. Les effets du changement climatique les obligent en effet à parcourir de plus longues distances, notamment en période de sécheresse.

    Les dynamiques politiques et sociétales rendent dans beaucoup de pays du monde leur évolution très difficile. En particulier vers l’entreprenariat qui pourrait pourtant faciliter leur émancipation et renforcer leurs capacités de résilience et d’adaptation au changement climatique. Manque d’accès à l’éducation, restriction de l’accès aux ressources, exclusion des institutions et des processus décisionnels et politiques, accès à la propriété, marginalisation sociale, elles jouent pourtant un rôle clé dans l’éducation et la transmission auprès de la jeune génération.

    Ces discriminations sont d’autant plus violentes en période de guerre et de conflits.

    Il existe incontestablement une injustice climatique qui doit être au centre des stratégies de développement.

     

    1. papier-fr-entreprenariat-feminin 1:38

    Embed

    Copy and paste this code to your site to embed.

     

    Le RESCOVAC est un réseau sous régional autour de la communauté économique des Etats d’Afrique Central qui regroupe 10 pays. Il est une émanation crée par décision des ministres forêts et d’environnement au Congo Brazzaville en 2012.

     

     

  • Journal de Radio Climat – matin – 2016 novembre16

    1. Journal de Radio Climat – matin – 2016 novembre16 7:42

    Embed

    Copy and paste this code to your site to embed.

  • Michael Köhler, directeur pour la politique européenne de voisinage à la Commission européenne

    1. interview-michael-kohler_directeur-de-la-politique-de-voisinage-de-la-commission-europeenne 11:49

    Embed

    Copy and paste this code to your site to embed.

    cxtas99xcaafzki

  • Journal de Radio Climat – matin – 2016 novembre15

    1. journal-de-radio-climat-matin-2016-novembre15 Montage:Smida amel 6:10

    Embed

    Copy and paste this code to your site to embed.

  • Emission Zone Verte : Réseau Africain pour l’Education au Développement Durable

    1. climate-radio-zone-verte-armel montage:smida amel 10:59

    Embed

    Copy and paste this code to your site to embed.

    Avec Solange Go, coordinatrice de l’ONG.

  • Journal de Radio Climat –matin – 2016 novembre14

    1. journal-de-radio-climat-matin-2016-novembre14 Montage: Smida Amel 9:19

    Embed

    Copy and paste this code to your site to embed.