Cop22 : les ambitions « de l’action » révisées à la baisse, mais une unité affichée pour « une dynamique irréversible » 

A la veille de la clôture officielle de la COP22, la communauté internationale a fait une déclaration politique rassurante. Ebranlés par l’élection de Donald Trump, les négociateurs ont cherché à préserver les acquis de Paris en évitant les divisions, notamment sur la mobilisation du Fonds de financement. La « COP de l’action »  connaît des avancées, mais par petites touches.

 

 

«Nous, chefs d’État, de gouvernement, et délégations réunis à Marrakech, sur le sol africain (…) appelons à l’engagement politique maximal pour lutter contre le changement climatique. (…) La dynamique en faveur du combat contre le réchauffement, constatée toute cette année, est irréversible»,» a déclaré le texte des États, longuement applaudi à la fin par les délégués réunis en session plénière.

 

Le texte a été rendu public par simple communiqué à 21h hier soir. Une déclaration d’abord politique, qui reste cependant flou sur les ambitions concrètes de la « COP de l’action », notamment sur les mécanismes du Fond vert. Les pays en voie de développement avaient pourtant affiché leur détermination en début de sommet. Seuls acquis : une déclaration d’intention pour simplifier rapidement l’accès aux fonds de financement, et un doublement de la contribution actuelle (passant de 10 à 20 milliards de dollars d’ici 2020). L’objectif de 100 milliards est encore loin.

 

L’élection de Donald Trump la semaine dernière a bouleversé la dynamique des négociations et contraint les négociateurs à privilégier le compromis. Quinze pays ont rejoint la liste des signataires de l’accord en moins d’une semaine ; les  déclarations rassurantes se sont multipliées, dont celles de John Kerry et d’une centaine de grandes entreprises américaines qui ont invité le  nouveau président à la raison. L’incertitude demeure sur la contribution financière des Etats-Unis, deuxième pollueur de la planète.

 

Les acteurs ont également multiplié  les annonces parallèles au cours de ces derniers jours. Création de nouveaux fonds d’appui aux projets existants ou prioritaires ; Contributions exceptionnelles de pays comme la France qui s’engage comme l’année dernière sur les énergies renouvelable ; création de commissions transversales, notamment sur le bassin du Congo, le lac Tchad et les Etats insulaires africains, ou encore la création de plateforme d’aide pour améliorer la cohérence et la synergie de projets transversaux et l’accès aux fonds.

 

Des avancées par petites touches qui souhaitent compenser le manque d’accord global sur le fonds vert et le transfert de technologies. Le groupe Afrique et le groupe G77 (pays les moins avancés), qui regrettent que l’agriculture soit la grande oubliée de ce sommet, continuent de travailler en commission. Aucun accord sur ce secteur pourtant primordial pour le continent. Les négociateurs cherchent également à arracher dans la dernière ligne droite un effort conséquent sur les fonds d’adaptation et des engagements fermes sur l’échéancier des contributions. Conclusions attendues en fin de journée.